Commune de Kiiki : Mathieu Mbida Essindi, subjugué par les formations du PNDP

Actualité mise à jour le 03 Mars 2021

-

Publié initialement le 09 Fév. 2021


706
Commune de Kiiki : Mathieu Mbida Essindi, subjugué par les formations du PNDP

Mathieu Mbida Essindi, subjugué par les formations du PNDP

Il a gravi des échelons à Olanguina avant d’être muté à Kiiki où il entend mettre ses connaissances au service du développement local.

Passionné. C’est le qualificatif qui se dégage lorsqu’on entend Mathieu Mbida Essindi parler du PNDP. Les phrases accompagnées d’une gestuelle captivent l’auditeur qui se retrouve face au Secrétaire général de la commune de Kiiki, dans le Mbam et Inoubou. «Parler du PNDP c’est comme parler de mon épouse. Je me sens comblé et redevable».

En 2013, lorsqu’il postule à l’appel à manifestation d’intérêt du PNDP, l’homme travaille dans un cabinet de renforcement des capacités, mais demeure à la recherche d’un emploi stable.

D’ailleurs, il ne semble pas vouloir s’arrêter lorsqu’il commence à énumérer les formations reçues grâce au PNDP : aménagement urbain, animation communautaire, maintenance des ouvrages, imprégnation générale au développement local, maîtrise du PROgiciel d’Aide au Développement.

Ces formations lui ont servi de phares dans ses fonctions. Il a débuté comme cadre communal de développement au sein de la commune d’Olanguina dans la Mefou et Afamba en avril 2014. Celui qui veut être une référence dans le développement local, se fait très vite remarquer dans les domaines de l’entretien des ouvrages notamment hydraulique, l’actualisation du Plan communal de développement (PCD) etc. dans la commune qui l’a vu naître en 1983.

En 2016, en l’absence du Secrétaire général de la commune souffrant, il assure l’intérim et y. est confirmé à ce poste en novembre 2016. Il va assurer cette fonction jusqu’à sa mutation le 11 novembre 2019 comme SG de la commune de Kiiki. Diplômé d’un master en sociologie du développement, il entend marquer la commune de son passage grâce à son travail et aux constantes remises à niveau.

Laissez un commentaire
Aucune réaction