Actualités
Le PNDP-Extrême-Nord veille à la mise en œuvre du volet social des projets HIMO.

Actualité mise à jour le 27 Juillet 2018

-

Publié initialement le 20 Juillet 2018


137
Le PNDP-Extrême-Nord veille à la mise en œuvre du volet social des projets HIMO.

Le projet HIMO, entré dans sa deuxième phase, bénéficie d’un financement de l’Union européenne.          

Le 22 juin 2018, s’est tenu dans la salle de réunion de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) CARE, la réunion mensuelle de coordination du projet à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) mis en œuvre par le PNDP, sous l’impulsion du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT). Le projet, entré dans sa deuxième phase, bénéficie d’un financement de l’Union européenne, à travers l’Agence Française de Développement (AFD) au Cameroun. La rencontre a vu la participation des responsables du PNDP et de CARE, des coachs de zone, d’un représentant d’une ONG d’insertion, entre autres. Au menu des échanges, la présentation des activités du mois, le plan d’action, les défis à relever et les difficultés rencontrées.

De nombreuses recommandations ont été faites par la suite à savoir : la nécessité pour les organisations de la société civile impliquées de contractualiser et désintéresser les relais communautaires, le dépôt des rapports trimestriels de toutes les ONG de mobilisation pour l’organisation rapide d’un atelier de lecture et de validation.

Les projets HIMO actuellement sont actuellement mis en œuvre dans 20 communes de la région de l’Extrême-Nord. Il s’agit là de l’une des réponses du gouvernement aux exactions de la secte terroriste Boko Haram. Il s’agit de réaliser des infrastructures à même de booster l’économie de la région, sédentariser et autonomiser la jeunesse. Cette 2e phase fait suite à une première, dont les fruits ont porté la promesse des fleurs dans les communes de Wina, Gobo, Mindif, Moutourwa, Hina et Guidiguis. Le financement de cette phase pilote avait alors été assuré par l’AFD
Laissez un commentaire
Aucune réaction