Regards croisés entre le PNDP et le PACV.

Actualité mise à jour le   

-

Publié initialement le 31 Mai 2018


76
Regards croisés entre le PNDP et le PACV.

Au-delà du volet protocolaire lié aux audiences chez le Ministre de l’Administration du Territoire et son Secrétaire Général, la délégation camerounaise, présente en Guinée-Conakry du 13 au 19 mai 2018, est allée toucher du doigt la mise en œuvre concrète des réalisations du Programme d’Appui aux Communautés Villageoises (PACV) dans ce pays. Une visite rendue possible grâce à la plateforme d’échanges et de partage d’expériences, mise sur pied par la Banque mondiale, entre programmes de développement participatifs intervenant dans 03 pays africains – Cameroun-Guinée-Conakry-Sénégal.

De nombreuses articulations ont meublé le séjour de la délégation camerounaise en Guinée-Conakry. Une visite de courtoisie a été rendue au Gouverneur de la Région administrative de de Labé, ainsi qu’au Préfet de céans. Les échanges ont porté sur l’apport du PACV dans le développement des localités du Gouvernorat et du département.

Les communes rurales de Hafia et de Popodara ont accueilli la mission camerounaise. La première qui est une commune rurale ayant bénéficié de l’intervention du PACV depuis 2011, fait partie des communes pilotes dans lesquelles le Budget Participatif (BP) est mis en œuvre. La rencontre avec les acteurs et bénéficiaires de la Commune Rurale de Popodara a été l’occasion, d’apprécier la mise en œuvre du Suivi-Evaluation Participatif (SEP) et l’utilisation du BP pour la réalisation du budget de la commune. Tous ces échanges ont permis d’apprendre de l’expérience d’un Programme comme le PACV, en matière de décentralisation et de développement local.

A retenir, entre autres, la démarche de mutualisation des communes en Guinée-Conakry est une démarche d’intercollectivité, mise en place lorsque plusieurs communes d’un même territoire partagent un projet commun. Si au Cameroun par contre, on parle d’intercommunalité pour évoquer le regroupement des communes, il reste que la manière de faire est presqu’identique.

Au terme de ce voyage d’échanges, on note la forte similitude au niveau du PACV et du PNDP dans leur mode opératoire en matière d’accompagnement des communautés. On retient aussi que le Suivi évaluation participatif (SEP), tel que développé dans le cadre du PACV, permettrait d’améliorer les interventions du PNDP, qui s’est engagé au cours de sa troisième phase à densifier l’engagement citoyen à travers l’accompagnement à la mise en œuvre des solutions endogènes.

En rappel, la Guinée-Conakry compte huit Gouvernorats, 33 départements et 303 communes rurales.
Laissez un commentaire
Aucune réaction